FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » Le marché des bureaux néerlandais a beaucoup souffert

Le marché des bureaux néerlandais a beaucoup souffert

(photo: <a href='https://nl.123rf.com/profile_sandermeertinsphotography'>sandermeertinsphotography</a> - 123RF)
(photo: sandermeertinsphotography - 123RF)

Aux Pays-Bas, la vente et la location d’espaces de bureau a subi un coup dur l’an passé. Dans les grandes entreprises –essentiellement-, les décisions relatives à l’immobilier ont été reportées en raison de la crise du coronavirus. À l’opposé, il apparaît que les entreprises de plus petite taille se sont mises en quête de nouveaux locaux. Dans le cas des petits utilisateurs de bureaux, on peut à peine parler d’un recul dans la demande d’espace de bureau. Une explication à cela est que les MKB (nos PME) ont connu un retour plus rapide vers le bureau, et qu’elles ont une meilleure vision des besoins du personnel en matière de télétravail.

Le nombre de transactions immobilières pour les espaces de bureau < 500 m2 est resté en 2020 assez semblable à celui de 2019. On a toutefois enregistré une chute de 40% pour les plus grands espaces de bureau, ajoute le rapport sur les chiffres marquants relatifs aux marchés des bureau 2021 de Dynamis. Les grandes entreprises peuvent difficilement évaluer l’impact du télétravail sur leurs besoins futurs en matière de bureaux. La situation dans les quatre plus grandes villes néerlandaises est encore plus éloquente : en 2020, on y a mis en service moitié moins d’espaces de bureau. À Utrecht, la demande de surfaces de bureaux a même diminué de deux tiers. D’après un agent immobilier, on a négocié plus de 130.000 m2 en moins qu’en 2019. Cela contraste avec les nombreuses années au cours desquelles on pouvait à peine satisfaire à la demande. Fin 2020, quelque 296.000 m2 d’espaces de bureau sont ainsi restés vides à Utrecht, en attente de nouveaux locataires…

On s’attend néanmoins à un mouvement de rattrapage dès que le retour au bureau sera effectif. Suite à l’incertitude liée à la crise sanitaire, de nombreuses entreprises ont prolongé de manière flexible leurs contrats de location arrivant à échéance. Ces locataires croisent cette année les locataires dont le contrat de location arrive aujourd’hui à échéance.

Changement de comportement
« Goed op Weg », une organisation qui s’implique dans l’amélioration des habitudes de voyage dans et autour d’Utrecht, a constaté que les travailleurs vont moins au bureau. Ils démarrent leur travail à domicile et vont au bureau plus tard dans la journée pour des consultations. L’enquête démontre que les collaborateurs veulent en moyenne télétravailler un jour de plus par semaine par rapport à la période précédant la crise du coronavirus. Les employeurs se plient à la réglementation de l’intervention dans les frais de transport et de travail à domicile. Les prévisions soulignent l’attractivité des plus petits immeubles de bureaux à même de répondre aux besoins de contact social avec les collègues. Des tâches pour lesquelles de la concentration est exigée, sont plus rapidement exécutées à domicile.
Eduard Codde
25-08-2021