FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » Pas prêt pour le travail hybride

Pas prêt pour le travail hybride

(photo: <a href='https://nl.123rf.com/profile_ramcreative'>ramcreative</a> - 123RF)
(photo: ramcreative - 123RF)

Une étude récente de JLL démontre que les organisations du monde entier ne sont pas suffisamment préparées à un changement structurel vers le travail hybride. Des efforts supplémentaires sont nécessaires pour créer des lieux de travail responsables, personnalisés et expérientiels en fonction des formes de travail hybrides, afin que tous les employés puissent vivre une expérience de travail unique. Dans le monde entier, les employeurs s'accordent à dire qu'ils veulent donner à leurs employés la possibilité de déterminer où et quand ils travaillent. Parmi les salariés, 88% indiquent vouloir choisir eux-mêmes leurs horaires de travail. Parmi les entreprises qui ont participé à l'étude, 82 % ont déclaré s'attendre à ce que leurs employés soient absents du bureau au moins 2 jours par semaine. Malgré ces déclarations claires sur le travail dans un avenir proche, moins de la moitié (48 %) des organisations européennes ont mis en place un programme d'accompagnement pour cette nouvelle culture du travail.

Nouvelle culture du travail
La nouvelle culture du travail va bien au-delà du travail hybride. Les employés s'attendent à un environnement de travail plus favorable lorsqu'ils retournent au bureau. En raison de la longue durée de la crise sanitaire et du travail à domicile obligatoire associé, de nombreux salariés ont réussi à intégrer le bien-être dans leur quotidien. Le rapport ‘Perspectives pour les entreprises’ de JLL indique que 73 % des employés s'attendent à ce que leur employeur fasse la promotion de modes de vie sains et du bien-être. Un peu moins de la moitié – 45 % – s'attendent à des espaces de détente au travail, encore plus qu'à des espaces extérieurs ou à des installations de remise en forme.

De plus, il y a une prise de conscience croissante que la relation entre le lieu de travail et la durabilité devrait être à l'ordre du jour de la gouvernance d'entreprise.Un lieu de travail vert et durable pour les employés est considéré comme un facteur décisif par 82 % des utilisateurs de l'immobilier. Là aussi, la prise de conscience de devoir intervenir sur les émissions de CO2 pour tendre vers la zéro émission contraste fortement avec l'élaboration de plans d'action concrets. Seuls 43 % ont à peine décidé de ce qu'ils veulent aborder, tandis que 9 % ne savent pas du tout par où commencer.

Lors de la conférence sur le climat à Glasgow 2021, l'ampleur du défi est devenue évidente. Les organisations sont motivées à assumer la responsabilité de leurs employés, des communautés et de la société dans son ensemble. "La montée en puissance de l'ESG, associée aux exigences de durabilité, entraîne déjà les changements les plus profonds et les plus durables dans le secteur immobilier", conclut Sven Bertens, responsable de la recherche et de la stratégie chez JLL.
Eduard Codde
11-03-2022